Un nouveau PVC

Affronte les tempêtes, écoute ses membres, est prêt à l'action et à conquérir le cœur et l'esprit des Canadiens.

Jonathan Pedneault et Elizabeth May Comme co-chefs des Verts

A propos de notre

Co-chefferie :

Nous connaissons les forces et les faiblesses de l’un et de l’autre. Nous nous engageons à délimiter clairement les responsabilités qui nous incombent, et ce de manière transparente et responsable. Nous voulons créer un arrangement convivial, s’inspirant de ce que d’autres partis verts dans le monde ont réalisé avec succès.
En partageant la charge de travail, Elizabeth se concentrant sur le travail parlementaire et Jonathan sur la régénération interne du parti et ce jusqu’à la prochaine élection, nous offrons ainsi une proposition de valeur pour assurer la mobilisation du public afin de réaliser une action climatique urgente. Tout ceci en relevant avec succès les défis financiers grâce à des niveaux sans précédent de collecte de fonds et de croissance des membres.
En travaillant côte à côte avec les membres du parti et une équipe solide à travers le pays, nous croyons que cette synergie peut permettre au Parti vert du Canada d’accéder à une position où il pourra mieux servir notre démocratie, notre pays et la planète.

Réparer les ponts

Pour rétablir la confiance des Canadiens dans le Parti vert et récupérer notre position comme l’alternative la plus crédible aux partis traditionnels, les divisions des années passées doivent prendre fin.

Les électeurs sont désillusionnés par les promesses non tenues et ne sont plus attachés à ce qu’ils considéraient comme leurs “foyers” politiques traditionnels. C’est à nous de leur offrir un nouveau foyer inspirant, significatif et accueillant. Pour ce faire, notre parti doit se réaligner et se restructurer pour revendiquer l’espace qui lui revient.

Pour ce faire, toutes les composantes clés du parti – Conseil, Cabinet Fantôme, Caucus, bureau des leaders, personnel et Fonds – doivent s’engager à être au service des membres, des Canadiens et de notre objectif commun.

Nous demandons aux membres un mandat clair pour réparer les ponts au sein du parti et trouver des solutions qui profitent à tous.

Avec une équipe forte et humble

En tant que journaliste et enquêteur sur les droits de l’homme sur les lignes de front des conflits et du changement climatique, Jonathan a vu de ses propres yeux le type d’avenir troublé auquel notre planète et ce pays pourraient être confrontés. Il milite pour un Canada prêt à affronter les tempêtes à venir et où tous les Canadiens disposent des ressources nécessaires pour mener une vie plus durable.

Pionnière féministe et fière grand-mère, Elizabeth veut léguer un monde plus sûr pour ses enfants, ses petits-enfants et les générations à venir. Elle sait que cela nécessite une transformation urgente de notre société. Ayant mené le Parti vert du Canada à travers des percées majeures, elle souhaite partager son expérience avec Jonathan pour reconstruire ensemble le parti et l’amener à la prochaine étape.

Nous pensons que la modestie devrait être au cœur de la politique et au cœur des interactions humaines. Nous avons tous beaucoup à apprendre les uns des autres, et de la nature. Un leadership sain, qu’il soit politique ou autre, ne peut exister sans elle.

En choisissant la co-chefferie, nous reconnaissons non seulement nos propres limites individuelles face à des défis gigantesques, mais aussi que nous sommes plus forts du fait de les avoir reconnues et d’avoir décidé de faire équipe avec un partenaire complémentaire.

Pour assurer ce qui suit :

  • Deux leaders inspirants, parlant couramment les deux langues officielles et prêts à se lancer dans l’aventure ;
  • L’inclusion de tous les candidats à la chefferie dans un cabinet fantôme renforcé, représentatif et habilité pour participer et s’engager dans des débats au niveau national et local afin de présenter les politiques des Verts dans le plus grand nombre de forums possible ;
  • Un coût moindre pour le parti avec Elizabeth travaillant comme chef bénévole, comme elle l’a fait de 2011 à 2019, et Jonathan prêt à montrer l’exemple en période de crise économique et à réduire le salaire du chef de 120 000$ à 90 000 $ ;
  • Des efforts immédiats, actifs et concrets de collecte de fonds par les deux co-leaders pour renflouer les caisses du parti, assurer le financement des postes clés au sein du parti et préparer les prochaines élections ;
  • Une série de séminaires en personne pour le Conseil fédéral du PVC, les Jeunes Verts, le Cercle consultatif des peuples autochtones, le Caucus des femmes, les dirigeants de l’ADC à travers le Canada, le personnel et le Fonds afin de restaurer la confiance et de s’assurer que toutes les composantes clés du parti travaillent bien ensemble et s’engagent à aider les co-chefs et les candidats à gagner des sièges dans le but d’apporter les changements nécessaires pour tous les Canadiens ;
  • Un engagement à travailler avec les ADC et à leur donner les moyens de s’assurer que les candidats soient désignés le plus tôt possible, qu’ils aient les moyens de participer à la planification de la campagne nationale et qu’ils soient soutenus par le parti central pendant l’élection ;
  • Veiller à ce que Mike et Elizabeth soient réélus, faire réélire Paul comme député de Nanaimo-Ladysmith et élire au moins 10 députés verts supplémentaires dans tout le pays, y compris Jonathan au Québec ;
  • Une présence parlementaire renforcée qui permettra au PVC d’élargir le caucus vert et d’accroître la pression sur le gouvernement libéral soutenu par le NPD en matière de climat, d’inflation, de santé, de logement, de réconciliation et de préparation aux situations d’urgence.